GPS #17# Gros Plan Sur Cécile Souchois-Bazin

Les interviews GPS ‘Gros Plan Sur…’ sont publiées chaque mardi jusqu’à janvier.
Parce que j’aime les gens de la vie et la vie des gens, ces petits portraits sont un joli moyen de découvrir des personnes inspirantes.
Décembre se poursuit avec Cécile Souchois-Bazin, après Céline&Wilfried de la Compagnie Voraces, Gabin Fueyo ou encore Sophie Mallié.

Cécile est une pétillante personne qui multiplie les palettes artistiques. Elle conte elle joue elle écrit. Quand je lui ai demandé de se décrire en trois adjectifs, elle répond : Optimiste, amoureuse, vivante. Et son parcours de vie, autant que son chemin professionnel le prouve. Ses spectacles sont vivants et vibrants, toujours plein d’amour et plus qu’optimistes. Portrait d’une belle d’âme.

Les samedis 9 et 16 janvier 2021, je serai au Contrepoint Café Théâtre à Agen à 16h avec Au fil de mon arbre. C’est un spectacle jeune public dès 3 ans mis en scène par David Torména. Dans ce spectacle je questionne la norme et la différence et mets l’accent sur l’ouverture d’esprit, la tolérance ainsi que le respect. J’aurais également la joie de présenter un extrait de ce spectacle lors de la journée professionnelle du conte à Toulouse le 27 janvier 2021. Par ailleurs, le samedi 20 février 2021, je le partagerai à la médiathèque de Fontenilles.

Les samedis 23 et 30 janvier 2021, je serai de nouveau au Contrepoint Café Théâtre à Agen à 16h avec C’est quoi cette histoire ?. Un spectacle de contes pour le jeune public.

Les 3, 6, 7 et 10 février 2021, je serai au Théâtre de la Violette avec mon nouveau spectacle pour touts-petits Coucou Caché !. Un peu de jeu et de poésie avec une aide à la mise en scène de R.S. Souchois. Je le présenterai également au Contrepoint Café Théâtre à Agen les 8, 15, 22 et 29 mai.

Pendant les vacances de février (du 23 au 27), j’ai la chance de m’installer à nouveau au Théâtre du Chien Blanc, avec La vie petit à petit les matins à 10h30 et avec Au fil de mon arbre les après-midis à 15h30. Ce sont des spectacles jeune public à partir de 3 ans, mis en scène par David Torména.

Par ailleurs, j’aurais la joie de présenter mon tout nouveau spectacle tout public De l’autre côté du miroir, spectacle qui mêle écriture, récits de vie et contes traditionnels. C’est avec un certain humour et beaucoup d’autodérision que j’aborde le rapport des femmes à leur corps. Aujourd’hui encore la femme se confond essentiellement avec son corps. Elle cherche à coïncider avec tous les miroirs qui lui sont offerts (affiches, publicités, cinémas, etc.) et n’échappe pas aux jugements, celui des autres mais surtout à son propre jugement. Quand elle se regarde dans le miroir ce sont bien ses yeux qui forment, qui conforment, qui déforment, qui transforment. La femme porte une sentence impitoyable sur son corps, sur la beauté de sa jeunesse et sur l’erreur de sa vieillesse. Ce corps si familier peut lui paraître mystérieux voire étranger et le temps qui le marque, qui le fane devient alors son ennemi. La jeunesse n’est plus qu’une vieille copine. Alors la femme est prête à tout et elle livre son corps à 1001 souffrances pour éloigner le spectre de la mort : brûlé, épilé, décapé, affamé, purifié, gommé, frictionné, maquillé, palpé-roulé, lifté, botoxé, liposucé, charcuté, restauré, structuré, réduit, raffermi… Et puis un jour, au moment où l’arbre s’enflamme de feuilles roussissantes, nous réunissons tous les morceaux de notre corps éclaté et, entre la taille et les entrailles, nous commençons à déchiffrer les marques du temps, à nous souvenir et à raconter notre histoire.

Je serai donc le mercredi 3 mars à 20h au Contrepoint Café Théâtre à Agen, les 11, 12 et 13 mars au Théâtre de Poche à Toulouse, les 27, 28 et 29 mai au Théâtre de la Violette à Toulouse.

Enfin, j’ai le grand plaisir de jouer à nouveau mon spectacle Le cœur d’une femme ne bat pas seulement sous le sein gauche... (à partir de 15 ans) les 17, 18 et 19 juin 2021 au Théâtre du Fil à Plomb à Toulouse.

Les textes des spectacles Le cœur d’une femme ne bat pas seulement sous le sein gauche… ainsi que De l’autre côté du miroir sont publiés et désormais accessibles au public (contacter Cécile pour davantage d’informations).

1/ Qu’est-ce qui te fait lever le matin ?
Sentir. Sentir mes pieds sur le sol. Sentir mon corps qui se met en mouvement. Sentir l’âme et le corps qui s’unissent à nouveau après une longue nuit de sommeil.

2/ Quel est l’endroit dans la ville rose (ou de la région) dans lequel tu te sens le mieux ?
En ville, j’aime m’éterniser dans les librairies et notamment prendre le temps de découvrir ou redécouvrir poètes et poétesses. Ensuite je vais dans un bistrot et les mots lus entrent en résonance avec la vie quotidienne des un.es et des autres. J’aime observer et imaginer la vie des gens. Mais bon, je vis à l’écart de la ville alors la plupart du temps, je marche et respire dans ma campagne environnante et c’est bon !

3/ Quelle est ta réplique préférée ?
Ma réplique préférée  ? Sans hésiter la tirade du nez de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand ou comment dire les choses avec panache et poésie. 

4/ Quel est le plus beau compliment que l’on t’ait fait au sujet de ton travail ?
Je suis toujours très touchée par la gentillesse et la bienveillance des spectacteur.trice.s. Comme j’aspire à m’améliorer encore et toujours, je dirais que le plus beau compliment au sujet de mon travail est celui à venir.

5/ La question Bernard Pivot : Quand tu arriveras là-haut, comment voudrais-tu être accueillie par Dieu et/ou Satan ?
Avec un verre de vin rouge !

6/ Justement, restons dans l’humour noir, quelle sera ton épitaphe ?
La vie est un grand livre écrit par un maladroit, mais nous on s’en fout, on ne sait pas lire.  (Léo Ferré).

7/ La -double- question Thierry Ardisson : Ton dernier coup de gueule et ton dernier coup de cœur ?
Le coup de gueule : La peur qu’on distille chez les gens. Je m’inquiète de ce que cela engendre et va engendrer  : la suspicion, le doute, le repli sur soi, la crainte des autres, la violence, la liberté bafouée, la dictature…
Le coup de cœur  ? Dans le marasme ambiant il y a toujours des petites pépites ici et là. Mon dernier coup de cœur  : une étreinte profonde, chaleureuse et généreuse.

8/ Tu penses à quelle chanson pour remplacer La Marseillaise ?
Quand on a que l’amour de Jacques Brel.

♪♫ Quand on a que l’amour
Pour parler aux canons
Et rien qu’une chanson
Pour convaincre un tambour
Alors sans avoir rien
Que la force d’aimer
Nous aurons dans nos mains
Amis, le monde entier ♫♪

9/ Qu’est-ce qui fait que tu réponds un grand OUI à un nouveau projet ?
L’instinct. Le corps qui se met en mouvement, le désir qui bouillonne au creux du bide et les idées qui fusent.

10/ Lorsque l’on te reconnait ou aborde dans la rue, tu te sens comment ?
Étonnée. Mais en réalité, personne ne me reconnaît dans la rue !

11/ Un slogan pour 2021 ? 
Il est grand temps de rallumer les étoiles. Guillaume Apollinaire.

12/ Ferme les yeux et fais un vœu… Lequel ?
Il y en aurait tant à faire… Ok je ferme les yeux… Je fais un vœu… C’est sûr si il n’y en avait qu’un ce serait celui-là alors je le garde précieusement au fond de mon cœur pour qu’il se réalise ! Jolie pirouette non ? Allez je ne me défile pas… J’ouvre les yeux et je vois la fin de toutes les inégalités !

L’actu de Cécile

  • J’ai un nouveau spectacle pour ado et adultes qui bouillonne à l’intérieur, qui se rêve, qui s’écrit sur des coins de table, qui se tisse, qui s’effiloche, qui s’agite, qui se tord, bref… Il commence tout juste à éclore et n’est pas encore prêt  à rencontrer le monde  et à se vivre !
  • J’aime être en ébullition.
  • J’ai également écrit une histoire Je m’appelle Léon et je suis un garçon ! qui va être illustrée par mon amie Julia Bock, magnifique artiste. Le champ des possibles est grand ouvert !
  • Et tout l’agenda ci-dessus. Vivement 2021 !

En ce qui me concerne, je suis pour le moment toujours en solo sur la scène. En revanche, un jour j’aimerais co-créer avec d’autres, avec des adolescents par exemple, où nous explorerions la diversité de tout ce qui les traverse, les questionne. J’imagine bien un joyeux bazar et une multiplicité des arts sur scène.

Pour garder le contact avec Cécile

Le site de la compagnie Le silence des mots // Cécile sur Facebook

[Crédits photos Hélène Hebrard et Éric Castanet // Affiches illustrées par Julia Bock]

Les prochaines interview GPS

Interview réalisée en décembre 2020 par Marie-Cécile Fourès

Cet article vous plait ? Partagez-le

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester au courant de nos actualités... abonnez-vous à la newsletter !

Laisser un commentaire