GPS #8# Gros Plan Sur Marine Épineuze (MaRoPhée)

Les interviews GPS ‘Gros Plan Sur…’ sont publiées chaque mardi.
Parce que j’aime les gens de la vie et la vie des gens, ces petits portraits sont un joli moyen de découvrir des personnes inspirantes.
Ce mois-ci après Robin Barrière et le duo Anadjoh, allons à la rencontre de MaRoPhée.

Marine est une photographe autodidacte depuis quelques années. Elle a su écouter ses proches, ses guides et mentors, qui l’ont encouragée et aidée à passer le cap pour que sa passion devienne son métier.
Et le succès ne tarde pas naître : sa première série en noir et blanc Je vous trouve très beaux a été exposée. Elle consistait à faire un pied de nez au lissage, à la perfection ou au jeunisme. En accentuant rides, cicatrices, vergetures, bourrelets ou autres imperfections naturelles, Marine a su montrer Ô combien les traces de la vie sont belles.
Attentive, patiente et à l’écoute des personnes qu’elle photographie, elle sait capter leurs lumières intérieures, les petites étincelles d’âmes et toutes ces petites choses qui font qu’ils se trouvent si beaux sur la photo.

 

Sous le joli pseudonyme de MaRoPhée (composé tout simplement des syllabes des prénoms de ses enfants), Marine met sa magie au service de portraits ou encore de reportages de mariage ou de photos de naissance et de famille. On y retrouve toujours, une grande part de sensibilité, et une pointe d’amour que cette fée de l’image sait apporter lors des séances.

1/ Qu’est-ce qui te fait lever le matin ?
Dans le désordre : la joie de boire mon premier sacro-saint café, voir le soleil se lever et la nature se réveiller, mes enfants, les moments avec mon Âmemoureux, ceux à venir à partager dans mon cocon, les séances photos et toutes les émotions, beaux moments, joies qu’elles m’offrent et aussi la hâte de voir le résultat fini, le trac en envoyant les photos aux clients et découvrir les surprises de la vie pour les savourer pleinement…

2/ Quel est l’endroit dans la ville rose (ou de la région) dans lequel tu te sens le mieux ?
Il y a le Salon de Thé d’Isabelle qui est un endroit débordant d’humanité où j’aime rester à savourer les pâtisseries maisons et discuter avec les clients. Il y a également The Dispensary pour ses fish and chip à tomber tout comme leur burger végé, leur ambiance unique leur accueil chaleureux. Les endroits où je me sens bien sont des endroits calmes et dans la nature avec de l’eau, beaucoup d’eau pour me ressourcer.

3/ Quelle est ta réplique préférée ?
Je monte sur mon bureau pour ne pas oublier qu’on doit s’obliger sans cesse à tout regarder sous un angle différent. Par Robin Williams dans Le cercle des poètes disparus un des premiers films qui m’a profondément marquée.

4/ Quel est le plus beau compliment que l’on t’ait fait au sujet de ton travail ?
Là je me trouve beau, belle, ça me correspond, alors que d’habitude je me déteste en photos. 

5/ La question Bernard Pivot : Quand tu arriveras là-haut, comment voudrais-tu être accueillie par Dieu et/ou Satan ?
En tenue d’Ève ? Se bâfrant de pommes d’amour et à fumer des feuilles de vignes.

6/ Justement, restons dans l’humour noir, quelle sera ton épitaphe ?
Ci-gît vaut t-il mieux que cinq jouis ? Vous avez deux heures, moi j’ai tout mon temps…

7/ La -double- question Thierry Ardisson : Ton dernier coup de gueule et ton dernier coup de cœur ?
Mon dernier coup de gueule : je dirais le manque de respect d’un client avec une caissière…
Mon dernier coup de cœur : Noir Volcan de Cécile Coulon, un livre de poèmes à fleur de peau, simple, beau.

8/ Tu penses à quelle chanson pour remplacer La Marseillaise ?
La Lilloise histoire d’égalité géographique…. ou On va tous crever de Didier Super. Autant amener la réalité avec humour aussi particulier soit il.

9/ Qu’est-ce qui fait que tu réponds un grand OUI à un nouveau projet ?
Depuis bientôt trois ans cela a quasi toujours été un coup de cœur humain avec un projet qui l’est tout autant. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. 

10/ Lorsque l’on te reconnait ou aborde dans la rue, tu te sens comment ?
C’est l’occasion d’exprimer complètement ma psychopathie : c’est donc avec un plaisir non dissimulé que je sors ma hache, ma bâche et hop atelier anatomie et découpage. Sérieusement, quand ce sont des personnes proches je me sens toujours heureuse. Et quand je ne connais pas, en vrai de vrai, je suis timide et il me faut un temps avant de respirer. Professionnellement, je n’ai pas cette notoriété et je ne fais pas ce métier pour ça, mais si ça arrivait je répondrais gentiment, car c’est grâce aux gens que nous existons dans nos métiers, prendre ce temps fait partie des bases, enfin il me semble.

11/ Un slogan pour 2021 ? 
En 2021 merci de faire que tout aille bien !

12/ Ferme les yeux et fais un vœu… Lequel ?
Depuis deux ans la vie me gâte dans tous les domaines. J’ai l’essentiel. Alors ça serait donc un vœu pour souhaiter que les vœux de ceux que j’aime se concrétisent, se réalisent, qu’ils trouvent leur chemin et s’y sentent bien, quelque chose dans cette idée.

L’actu de Marine

  • Me former pour pouvoir travailler de façon plus approfondie sur les séances d’acceptation de soi et la confiance en soi aussi professionnellement. J’ai eu ma certification en coaching ainsi qu’en PNL cet été. Et ce n’est pas fini, j’approfondis pour apprendre différentes techniques de relaxation.
  • J’ai un projet photo que j’aimerais exposer, en noir et blanc, partant d’une vieille légende sur la recherche d’une partie de soi, avec en fond toujours cette idée que les gens, quelque soit leur âge, sexe, taille, corpulence, origine, etc, sont beaux.
  • Et j’aimerais m’investir également sur un projet associatif lié à la reconstruction de soi. C’est toujours un thème qui me tient beaucoup à cœur.

Il me tient à cœur d’avoir une approche humaine en haute sensibilité, à l’écoute, en prenant le temps, pour faire ressortir le plus beau de chacun d’entre vous.

Pour garder le contact avec Marine

Marine sur Instagram // Sur Facebook // Et également sur Pinterest // Son site 

[Crédits photos Christophe Bamberger, Edwig Rhym et Sonia Taurines]

Les prochaines interview GPS

Interview réalisée en août 2020 par Marie-Cécile Fourès

Cet article vous plait ? Partagez-le

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester au courant de nos actualités... abonnez-vous à la newsletter !

Laisser un commentaire